Sommeil sain pour votre bébé

Sommeil sain et sûr pour votre bébé

Les futurs parents ou les parents d’un nouveau-né se demandent comment créer un environnement de sommeil optimal pour leur bébé. La recherche sur le sommeil a, ces 20 dernières années, livré à ce sujet d’importantes informations que nous résumons pour vous ici. Nos explications se fondent sur les publications de l’Académie allemande de pédiatrie et de médecine pour les jeunes (Deutsche Akademie für Kinderheilkunde und Jugendmedizin e.V.) dont nous citons parfois des extraits.

INTRODUCTION

Dans les milieux professionnels, on fait la distinction entre le «sommeil de rêve» et le «sommeil paisible». On utilise souvent les termes techniques «sommeil REM» (sommeil de rêve) et «sommeil non-REM» (sommeil paisible). REM est l’acronyme de «Rapid Eye Movement» et désigne une phase de sommeil caractérisée par des mouvements oculaires rapides. C’est pendant la phase REM que se produisent une grande majorité des rêves. La tension artérielle et le pouls passent à la vitesse supérieure. On soupçonne que le processus d’apprentissage en général est étroitement lié au sommeil REM. Il joue un rôle dans la régulation des pulsions, le traitement des informations et la gestion du stress. Chez les adultes, la phase REM constitue 20 à 25% du temps de sommeil alors qu’elle représente jusqu’à 80% du sommeil des bébés. Entre la naissance et l’âge de huit ans, la durée de la phase REM passe de neuf heures à env. trois heures. Elle ne change pas beaucoup par la suite.

 

CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR LA RÉGULATION RESPIRATOIRE DU BÉBÉ

Après l’endormissement, de nombreuses fonctions du corps changent: la température corporelle baisse, la respiration et le pouls se ralentissent, la tension artérielle diminue.

La respiration: la respiration est gérée par le centre respiratoire qui fonctionne certes de façon autonome mais que nous pouvons influencer quand nous sommes éveillés. C’est ainsi que nous pouvons retenir notre souffle pendant quelques secondes jusqu’à ce que le manque d’oxygène nous force à inspirer de nouveau. Il n’y a pas de gestion volontaire de la respiration pendant le sommeil; nous ne pouvons pas consciemment retenir notre souffle quand nous dormons. La plupart des nouveau-nés sont sujets à des apnées respiratoires «inconscientes» qui dépassent rarement les 15 secondes. Plus le nouveau-né est jeune, plus les apnées sont fréquentes. Même si elles durent plus de 15 secondes, ces apnées respiratoires sont en général sans danger pour autant que l’organisme dispose des mécanismes de protection contre un manque d’oxygène qui peut être fatal. Ce seuil d’alerte (les médecins parlent de réaction d’éveil) peut être compromis par une infection ou une température corporelle élevée et peut disparaître chez le bébé suite à une chaleur excessive, à la ré-inhalation de l’air expiré ou au tabagisme passif. Voila déjà une liste de critères indispensables à l’aménagement de l’environnement de sommeil d’un bébé.

CE QUI COMPTE DANS L’ENVIRONNEMENT DE SOMMEIL D’UN NOUVEAU-NÉ

Penchons-nous maintenant dans les sections suivantes sur les mesures à prendre.

APPORT SUFFISANT EN OXYGÈNE / ÉVITER LA RÉ-INHALATION DE L’AIR INSPIRÉ

Nous avons appris dans la première section que les facteurs susceptibles d’influencer le seuil d’alerte en cas d’apport insuffisant en oxygène sont un critère important pour un sommeil sain et sûr. Il faut donc d’abord optimiser l’apport en oxygène et éviter la ré-inhalation de C02 (ré-inhalation de l’air expiré). Différentes mesures sont possibles pour ce faire.

  1. Créez un climat ambiant optimal. La température ambiante doit idéalement se situer entre 18° et 20° Celsius. Aérez régulièrement et brièvement («aération par à-coups). Protégez votre bébé des courants d’air. Mais protégez-le aussi de la fumée de cigarette.
  2. Veillez à ce que l’air circule suffisamment dans le lit de bébé. Donc, ne pas utiliser de lits trop petits et se servir de matériaux perméables à l’air.
  3. Évitez (ou omettez) les baldaquins et les protections pour la tête qui ne sont pas assez perméables à l’air.
  4. Assurez-vous que le matelas et la housse de matelas soient bien perméables à l’air lors de l’achat. Il faut éviter les protections de lit imperméables (molleton, draps housses imperméables).
  5. Les maladies respiratoires influent négativement sur le seuil d’alerte. Le nombre

d’enfants souffrant d’allergies, en particulier d’allergies respiratoires comme p.ex. l’asthme, a augmenté ces dernières décennies. Mais de plus en plus de jeunes enfants souffrent également de nos jours de réactions allergiques. C’est pourquoi la prévention des allergies est de plus en plus importante chez les bébés. Les acariens et les moisissures sont les principaux allergènes dans les matelas et la literie. Ils ont besoin pour proliférer d’une humidité de l’air relativement élevée de plus de 70%. En plus du choix de produits et matériaux correspondants, la principale mesure de prévention consiste à bien aérer le matelas chaque jour.

ÉVITER UNE SURTHERMIE

Si un bébé a trop chaud, c’est également néfaste pour le niveau du seuil d’alerte. Il faut donc impérativement éviter une hyperthermie. Cela commence par la température ambiante, comme déjà décrit plus haut. N’habillez pas le bébé trop chaudement et ne le couvrez pas de couvertures trop épaisses. Dégagez sa petite tête. Il se produit d’importants échanges thermiques au niveau de cette dernière. Mais veillez aussi à retirer les vêtements épais de votre bébé dès que vous revenez au chaud après une promenade dehors. Ne laissez jamais l’enfant continuer à dormir dans des vêtements d’hiver épais à une température ambiante normale, comme p.ex. dans les grands magasins. Il y a risque d’hyperthermie.

Au fait: comment vous assurer que la température est idéale pour le sommeil de votre bébé.

Si la peau du bébé entre les omoplates est chaude, il a suffisamment chaud. S’il est allongé paisiblement et qu’il transpire, il a trop chaud. Les bébés ont souvent les mains et les pieds froids, mais ce n’est pas un indicateur suffisant. C’est tout à fait normal chez de nombreux bébés et n’est pas un motif d’inquiétude.

ENVIRONNEMENT DE SOMMEIL PEU ALLERGÈNE

Nous avons déjà donné des explications à ce sujet plus haut. Nous aimerions mentionner encore brièvement une théorie néo-zélandaise. Les chercheurs pensent que des gaz toxiques sont à l’origine de la mort subite du nourrisson. Et ils soutiennent très vigoureusement cette thèse. La plupart des chercheurs du monde entier considèrent cependant qu’il s’agit d’un événement multifactoriel où différents facteurs de risque jouent un rôle. Des gaz toxiques dans les matelas pourraient bien entendu aussi être un facteur de risque. Suivant l’exemple de la GEPS (www.geps.de – Initiative parentale conjointe autour de la mort subite du nourrisson – Gemeinsame Elterninitiative plötzlicher Säuglingstod e.V.), nous donnons la recommandation suivante:

  1. Évitez d’acheter de la literie pour bébé composée de matériaux contenant des retardateurs de flammes, des plastifiants à base d’arsenic, de composés d’antimoine ou phosphoriques organiques.
  2. Misez sur des matériaux dont il est prouvé qu’ils favorisent moins la prolifération de bactéries, de moisissures et d’acariens.
  3. Faites en sorte d’éviter les facteurs de risque décrits ici.

 

CONFORT DE COUCHAGE ET DE SOMMEIL

L’utilisation de matelas insuffisants pour les bébés ou les petits enfants peut être à l’origine de dommages ultérieurs liés à la tenue. Il faut prévenir les dommages et les déformations liés à la tenue. Une excellente élasticité des points de pression est la première condition indispensable à cet effet. On entend par cela la réduction des points de pression aux parties du corps exposées, comme les hanches, les épaules et la tête. À ces endroits, le matelas doit suffisamment s’enfoncer sans avoir une influence négative sur les autres parties du corps. Une bonne élasticité des points soulage ainsi le corps aux endroits exposés tout en assurant son bon maintien général.

Évitez les matelas trop mous présentant peu d’élasticité. Le bébé s’y enfonce trop profondément et sa colonne vertébrale n’est pas soutenue. La fonction pulmonaire est en outre restreinte.

Évitez les matelas trop durs car ils peuvent entraîner des déformations des os.

Principe de couchage Réduction des points de pression